Le plan de financement

Afin d'établir correctement votre plan de financement, vous devrez tout d'abord:

- Déterminer de la façon la plus précise que possible, le montant total de vos dépenses: le coût de la construction (terrain + maison) si vous faîtes construire ou le coût du logement si vous achetez. Si vous faîtes construire, n'oubliez pas les frais dits "annexes" qui peuvent atteindre jusqu'à 20% du coût de la construction.

- Définir votre capacité de remboursement qu'on appelle aussi capacité d'endettement. Il s'agit de caluler la somme que vous pouvez emprunter et rembourser sous forme de mensualités sans déséquilibrer votre budget. Habituellement, les mensualités de remboursement d'un prêt, quel qu'il soit, n'exèdent que rarement 30% des revenus du foyer. Ce pourcentage vous donne un ordre de grandeur qui sera affiné en fonction de la situation financière de chacun.

Ensuite, pour connaître le montant de la mensualité que vous pouvez rembourser, vous devez recenser:

- Vos dépenses mensuelles fixes (frais d'alimentation, mensualités des assurances, des impôts, des prêts à la consommation, les frais d'éléctricité, de gaz et de téléphone, les frais relatifs aux études des enfants et s'il y a lieu, le ou les pensions liés à un divorce).

- Les dépenses occasionelles (loisirs, habillement), sans en sous estimer les montants.

Calculez maintenant la somme inutilisée qu'il vous reste chaque mois et additionnez-la au montant de votre loyer actuel. Vous obtiendrez alors la somme maximale que vous pouvez consacrer à votre projet d'achat ou de construction.

Pour mener à bien votre plan de financement, il vous faut parvenir à un équilibre entre les dépenses envisagées et les capitaux dont vous pouvez disposer. On distinguera l'apport personnel et les sommes empruntées auprès des banques et des organismes financiers.

Il existe deux familles principales de prêts:

- Les prêts réglementés dits "aidés" auxquels vous pourriez prétendre: le prêt conventionné, le prêt à l'accession sociale, le prêt associé à un PEL ou CEL, le prêt à 0% ou le prêt à 1%.

- Les prêts bancaires classiques qu'on appelle aussi prêts "libres" ou encore "du secteur libre".